Implications

 

Pour amasser des fonds et faire construire ce projet, en 1991 nous avions ouvert au 2670, rue Jarry Est à Montréal, un vestiaire / bazar où nous aidions la communauté démunie du quartier St-Michel et de Montréal en général. Par l’entremise d’une subvention du programme extra de la Sécurité du Revenu du Québec et la Ville de Montréal tout en donnant une formation en vente aux commis, nous avons fait travailler plus de 10 personnes en plus des bénévoles, ramassé gratuitement des articles pour être vendus à bas prix et donné des vêtements à des personnes ou familles démunies, donné et distribué gratuitement des matériaux de couture ( récupération ) à plusieurs Centres daccueil pour personnes handicapées, de l’âge d’or et de communautés religieuses.

Entre temps, nous avions fabriqué des boîtes de dons pour installer dans des dépanneurs et nous allions les vider une fois par semaine.

À l'époque, la construction de ce projet coûtait approximativement 1 million de dollars et les revenus de vente ne rapportaient pas assez ou cela aurait prit beaucoup trop de temps. Après avoir sensibilisé presque que tous les députés ou ministres provinciaux et fédéraux de la région métropolitaine, nous avons envoyé par télécopie des demandes de fonds à plus de 500 entreprises de la grande région de Montréal. Tout ce travail nous a apporté un don de 50 $. Nous nous sommes dit c'est en se mettant ensemble que l'ont peut régler un problème.

Anciennement, ce projet porta le nom de « Les Habitations Organisationnelles Mondiales Pour La Famille ». C’est alors, que nous avons eu une idée de faire une levée de fonds avec le grand public .

Dès le début , nous nous sommes élevés contre la publicité abusive en faveur des boissons alcooliques et les ravages parmi les membres des familles. Nous avons fait signer une pétition de plus de 9 000 noms et transmis un mémoire au CRTC ( Conseil de la Radiodiffusion et des Télécommunications Canadiennes ).

Après avoir exposé le projet à plusieurs endroits, en 1990, nous avons fait parvenir des demandes de financement à plusieurs entreprises québécoises et à plusieurs pays dont l’Angleterre, la France, la Chine, l’Inde, lAllemagne de l’est et l’Allemagne de louest, l’Égypte, l’Iran, l’Irak, la Libye, le Maroc, la Tunisie, les Émirats rabes unis, la Jordanie, Israël, la Grèce, l’Algérie, le Vatican, l’Arabie saoudite, la Syrie, le Canada, l’Union soviétique ( URSS )

La raison pour laquelle nous avons fait parvenir ces demandes de financement est que la misère et la pauvreté n’est pas seulement au Québec, mais dans tous les pays de la planète où ce projet peut-être construit et en même temps, pour faire prendre conscience des problèmes dans un pays industrialisé comme le Canada.

Les réponses furent nombreuses dont celles du Vatican, de l’Allemagne de l’est et l’Allemagne de l’ouest, la France, l’Angleterre et le Canada.

Sur des dizaines d’envois, nous avons reçu plusieurs réponses de mots d’encouragement d’entreprises québécoises comme : ABITIBI-PRICE, AIR LIQUIDE CANADA, AGROPUR, ALCAN, ABI, lArchevêché de Montréal, AVON, BOMBARDIER, BOURSE DE MONTRÉAL, CANADIAN TIRE, DOMINION TEXTILE, GÉNÉRAL MOTORS, ESSO, LES PHARMACIES JEAN COUTU, JOHNSON & JOHNSON, HYDRO- QUÉBEC, IBM, LAFARGE CANADA, MÉTRO–RICHELIEU, VILLE DE MONTRÉAL, NORANDA, NORTHERN TÉLÉCOM, OERLIKON AEROSPACIAL, PRATT & WHITNEY, PÉTRO– CANADA , SHELL-CANADA, LES BOULANGERIES WESTON,

De 1989 à 1997 inclusivement, nous sommes intervenus plus à la radio qu’à la télévision pour donner notre opinion et sensibiliser la société par notre projet et l’avenir de nos familles, ainsi que proposer une solution logique aux problèmes de la pauvreté et du chômage. Nous avons écrit et fait paraître plusieurs lettres dans les journaux locaux ainsi que revendiqué les droits des travailleurs et aidé ceux qui ne pouvaient pas travailler.

En 1989, Monsieur Michel Georges Abdelahad, se présenta aux élections provinciales dans le comté Ste-Marie / St-Jacques pour promouvoir ce projet et sensibiliser la population dans le but de faire construire celui-ci.

Nous avons fait imprimer des agendas perpétuels à la portée de tous, participé à des conseils publics de la STCUM, à des assemblées municipales, politiques, syndicales et à des manifestations contre la pauvreté. Nous nous sommes même impliqués dans des mouvements anonymes.

De plus pour promouvoir ce projet nous avons participé en 1992 au Comité Mixte Spécial sur le renouvellement du Canada, en 1995 à la Commission de Montréal sur l’avenir du Québec, en 1996 à une pétition qui demandait au Premier Ministre du Québec, considérant les dommages des drogues et le comportement chez nos jeunes, de ne jamais légaliser la possession simple des drogues comme la marijuana et le hachisch. En 1997 et 1998, nous avons sensibilisé plus de 500 entreprises de la grande région de Montréal et le monde politique ( leaders ) tout en continuant à aider des individus. Nous avons reçus des paroles encourageantes de plusieurs compagnies et personnalités politiques dont Monsieur Pierre Elliott Trudeau, Monsieur Jean Charest, Monsieur Jean Chrétien, Premier Ministre du Canada, Monsieur Daniel Johnson, Monsieur Rémy Trudel, Monsieur Brian Mulroney, Monsieur Lucien Bouchard Ex-Premier Ministre du Québec, Madame Alexa McDonough, Monsieur Preston Manning, Monsieur Pierre Bourque Ex-Maire de Montréal, Madame Michèle Lamquin-Éthier, Monsieur Geoffrey Kelly, Monsieur François Ouimet, Madame Louise Harel, Monsieur André Boisclair, Monsieur Robert Perreault, Monsieur Réal Ménard, Monsieur Clifford Lincoln, Madame Maud Debien, Monsieur Bernard Bigras, Monsieur André Boulerice, Monsieur Yvan Bordeleau, Alcan Canada, Fondation J. Armand Bombardier, Avon Canada, Banque Royale du Canada, Bell Canada, Biochem Pharma, Bourse de Montréal, IVANHOE, Wyeth-Ayerst Canada, Pharma Science, Provigo, Ronadismat, Samson Bélair, deloitte & Touche, Sucre Lantic, Coca-Cola Limitée, Teleglobe. Après un travail acharné de plus de 6 mois, seulement CULINAR Canada nous fît parvenir un don, soit un montant de 50 $.

C’est suite à cet expérience qu’en septembre 1998, pour diversifier notre manière de recueillir des fonds, étant moi-même un adepte de la moto, nous avons organisé une soirée pour motocyclistes en collaboration avec l’organisme de charité L’Accueil Inconditionnel au 4584, rue Papineau à Montréal. Depuis 1998 à chaque année nous continuons d’organiser des levées de fonds auprès des motocyclistes et du public en général. Le prix d’admission d’entrée à ces événements constitue le don apporté à notre organisme. En 1999 nous avons organisé à l’autodrome de St-Eustache une fin de semaine de camping pour motocyclistes et le public en général, en 2000 à LA TERRASSE de Ste-Calixte- Nord et en 2001 à l’autodrome de Ste-Marcel de Richelieu.